Revenir au site

PLUTON OU COMMENT INCARNER SA PUISSANCE PERSONNELLE

"Qui suis-je dans la totalité de mon être ?" C'est à cette question à la réponse impossible que ne cesse de nous confronter Pluton. Mais impossible n'est pas plutonien...

Pluton est la planète la plus éloignée du Soleil, la plus dans l'obscurité, la plus petite mais sans doute la plus puissante. Avec elle, on accède à la totalité du système solaire et à la totalité de notre psyché et elle détient sans doute la clé de notre rayonnement véritable.

Elle correspond à Hadès, le dieu des enfers, dieu du monde souterrain avec toutes ses richesses minières. Ploutos, c'est le riche en grec et met en lumière notre richesse d'être qui peut aussi avoir une extension matérielle. Les affaires financières ont souvent une grande importance pour le plutonien en tant qu'expression de sa puissance, à moins qu'il s'en foute complètement. Mais Pluton recèle bien une matière première particulièrement féconde.

En relation avec le signe du Scorpion et la Maison 8, le signe et la maison des forces de l'inconscient et de l'invisible, de la puissance de l'être et du partage psychique et physiologique de son énergie, qui souvent aussi se manifeste sous forme d'emprise, consciente ou inconsciente, son magnétisme étant particulièrement fort, résonant aussi avec les mots intensité et fascination et ayant la mort et la sexe comme sujets de prédilection, jusqu'à l'obsession.

Chaque moment où fut découvertes les planètes correspondent à des moments particulièrement forts marquants dans l'évolution de l'humanité où elle est prête à intégrer la symbolique et le sens de la planète en question.

Or, Pluton fut découvert en 1930, au moment exact où le nœud nord passait sur le Soleil de Carl Gustav Jung, quelques années avant la révélation de l'humain dans toute son horreur, au moment de la découverte de l'énergie nucléaire et des avancées spectaculaires dans le domaine de la psychologie des profondeurs et de la puissance de l'inconscient.

Sa fonction principale étant de mettre en lumière les forces de l'inconscient. Refusant le refoulement, il ne connaît pas la distinction entre le bien et le mal et rétablit à sa façon la justice sur un plan karmique, quitte à tout détruire sur son passage. Pour Pluton, la mort est anecdotique, mais elle est aussi initiatique. Son cycle autour du Soleil est d'environ 250 ans et a une relation au temps qui dépasse largement notre incarnation.

Avec lui sont concentrés nos mémoires, celles de la petite enfance mais aussi in utero, transgénérationnelles et karmiques. Planète la plus éloignée du Soleil certes mais qui nous renvoie aussi au cœur de l'atome, au cœur de la Terre, au cœur de notre adn dont il a le secret et les codes de notre destinée vue de l'éternité.

Mais ce qui est perçu comme trop menaçant pour la personnalité en devenir sera refoulé. On le contacte très vite, notamment par les conditions de notre naissance qui peut s'apparenter à une descente aux enfers dans un monde qui fait extrêmement peur, celles-là même qui nous donnera une puissance phénoménale de vie et les armes de notre survie dans les circonstances qui l'imposent. Mais on le refoulera et toutes les fois où la peur sera trop forte, les traumas trop choquants, les émotions trop violentes, c'est le principe de l'inconscient. Jusqu'à ce que la pression soit trop forte, la vie trop confrontante ou trop insignifiante, les évènements extérieurs trop menaçants, les deuils, les pertes et la souffrance insupportables.

La vie est ainsi faite qu'il nous faudra bien ramener à la conscience ce qui fait intrinsèquement la puissance de notre être et donner du sens à ce qui n'en n'a apparemment pas. Ce sens n'est rien d'autre que de s'incarner dans son essence. Jung dit d'ailleurs que "c'est l'essence que nous incarnons qui donne sens à sa vie. L'expérience serait gâchée sans son essence."

La plus grande peur à laquelle nous confronte Pluton est celle de ne plus exister. Or c'est lui qui détient la clé de notre existence, en traversant ce qui nous fait le plus peur et qui fait barrage à l'exaltation de l'âme.

Souvent, on rencontre Pluton à travers des odieux personnages qui peuvent prendre le visage d'un mari, d'une belle-mère, d'un patron abusif, d'une amie toxique, de la nullité du gouvernement, ou du tueur en série qui va hanter nos nuits.

C'est l'indicateur de projections de ce que nous ne voulons pas voir en nous, de problématiques non résolues qui sont l'objet de projections. Pluton est la clé pour transcender la dualité et le clivage entre le bien et le mal en incarnant sa puissance d'âme qui n'a rien à voir avec le pouvoir de l'ego. L'âme n'a pas peur car l'âme sait que l'Univers est juste. Le message de Pluton est que nous n'avons pas le droit de donner le pouvoir de vie et de mort à l'extérieur de nous-mêmes, que nous avons le droit et le devoir d'être soi-même, dans toutes nos parties, psychologiques et physiques et que nous avons les ressources pour cela,

Pluton nous rappelle aussi que nous avons toujours le personnage opposé à celui auquel nous nous identifions qui coexiste au plus profond de nous-mêmes et qui grandit proportionnellement à cette identification jusqu'à lui prendre sa place. Ainsi le winner sera un jour ou l'autre obligé de reconnaître le loser, la top model, la personne hideuse. Ce n'est pas automatique mais ça l'est quand il y a identification. On peut très bien être porté par la réussite ou la beauté toute sa vie mais cela sera parce que la psyché aura intégré d'une façon ou d'une autre sa polarité opposée. Pluton nous parle aussi de cela et de se réapproprier toutes les formes de projection.

Il reste une dizaine d'années dans un signe du zodiaque et va avoir pour mission de le transformer en profondeur, de l'imprégner de sa puissance de destruction, de purification et de régénération en proposant une nouvelle façon de le vivre, plus consciente et plus profonde.

Dans le signe du Capricorne entre 2008 et 2024, il nous fait vivre des expériences d'éradication des anciens systèmes devenus obsolètes par ses excès de structure, d'autorité et de rigidité. Pluton opère de façon souterraine, lentement et sournoise, comme des termites, et s'attaque aux bases mêmes de nos fondations des édifices les plus solides, avant qu'ils ne s'écroulent complètement. Cela parle de tout notre système sociétal, économique, politique mais aussi intérieur, lié à ce que l'on considérait comme acquis et intangible et tout notre propre système de croyances limitantes, de principes et de certitudes. Il remet en cause complètement nos engagements et nos responsabilités en nous interrogeant sur le sens profond de nos motivations. La question du sens de la vie n'a jamais été aussi présente et de la place que l'on y prend, sans complaisance avec les schémas que l'on dénonce qui alimentent la destruction inévitable de l'ancien monde.

Dans ce contexte, 2020 est une année particulièrement intense, qui connaît une amplification de la transformation initiée depuis 2018-2019 et des enjeux karmiques qui ont été révélés par la présence des nœuds lunaires dans l'axe Capricorne-Cancer. Notamment en raison de la conjonction Jupiter Pluton qui se produira à 3 reprises, le 4 avril, le 30 juin et le 12 novembre, créant un climat de crise, notamment économique et financière. Mais aussi la possibilité de contacter de nouvelles formes d'abondance, de développer de nouvelles richesses, notamment spirituelle, de revoir notre relation à l'argent et au pouvoir dans une année où tous les abus seront flagrants et non tolérés.

 

Situé entre le 22 et le 24ème degré du Capricorne (début du troisième décan), il travaillera particulièrement les personnes qui ont les luminaires, des planètes ou des angles à cet endroit ou en aspect (signes du Cancer, de la Balance et du Bélier) et le secteur du thème transité (Maison où se trouve ces degrés).

Le coronavirus est bien sûr une crise de nature plutonienne, destructrice, sidérante et effrayante mais aussi sûrement le révélateur de l'urgence de transformer un monde qui s'auto-détruisait par le manque abyssal de sens incarné notamment par la surconsommation généralisée.

Du 25 avril au 4 octobre 2020, Pluton est en phase rétrograde, cela signifie que la planète devient plus opérante à l'intérieur de soi pour faire ce travail alchimique de transformation et passer de l'obscurité à la lumière. De la peur d'exister à la puissance de l'être.

"Ce n'est pas en regardant la lumière que l'on devient lumineux mais en plongeant dans son obscurité", une autre phrase de Jung qui pourra nous guider ces quelques mois.

Le principe même d'un être qui s'éveille est de se regarder en profondeur jusqu'à ses plus profondes cicatrices. L'idée est de ne pas en rajouter dans la souffrance et la flagellation mais de faire de ce qui représente des formes de faiblesse une force d'invincibilité grâce à un processus de reconnaissance et d'acceptation. Ce qui fait mal parle d'un désir qui n'est pas vécu. Et ce qui fait mal nous donne une force de tous les instants pour transcender et sublimer ce qui peut être vécu comme une injustice totale. Et in fine s'incarner plus puissamment.

Pluton souhaite plus que tout une vie intense et passionnante et son matériau de base est l'énergie sexuelle. Pluton nous fait tomber malade d'avoir abandonné l'essence même de la vie et d'avoir pactisé avec la frustration. Mais Pluton nous fait guérir en retrouvant l'énergie qui transgresse et qui transcende, cette petite voix qui nous dit "je vais mourir si je ne le fais pas". Pluton s'en fout des codes et des conventions, il nous fait vivre des situations invraisemblables qui nous met parfois dans un chaos intersidéral mais Pluton nous donne la force de faire notre coming-out et de se réapproprier la pulsion pure de vie. Il n'a de cesse de s'attaquer aux apparences, aux faux-semblants et la bienséance. Il n'a qu'une obsession, nous ramener à notre part archaïque, sauvage, phénoménale et ultra créatrice. Oui il faudra peut-être tuer mais cela se fait sur un plan symbolique, toutes ces images et ces croyances qui nous disent "tu n'as pas le droit" et alimentent la culpabilité et le déni de qui l'on est. Là où Pluton devient vraiment dangereux pour soi et pour les autres, c'est quand il n'est pas vécu. Car c'est toujours lui qui gagne.

Il nous faudra plus encore explorer le secret de nos origines, retrouver nos ancêtres, des mémoires douloureuses, identifier des empreintes qui programment malgré nous un chemin qui n'est pas celui de notre incarnation, reconnaître, déprogrammer, reprogrammer, faire le choix de son âme. Nous n'avons plus le choix.

Quand on subit Pluton, on subit le pouvoir de l'inconscient, je me sens impuissant, je subis ma vie, ce que je fais n'a pas de sens, je meurs à petit feu. Quand j'intègre Pluton, je retrouve ma puissance, je traverse ma vie, j'accepte comme compagnons de vie la perte, la souffrance et la mort et je me révèle à travers ceux-ci car je sais que mon âme est éternelle.

C'est la puissance plutonienne qui permet de traverser. Accepter de mourir à soi-même, à toutes ses parties qui font obstruction à l'émergence d'une nouvelle conscience. De cette transformation dépend une nouvelle vie qui peut commencer sur des bases assainies...

A l'issue de la rétrogradation le 4 octobre, des réponses plutoniennes devraient se manifester sachant qu'à ce moment ce serait à Mars d'être rétrograde, jusqu'au 15 novembre. La conjonction Jupiter Saturne qui se produit tous les 20 ans aura lieu dans le signe du Verseau au moment du solstice d'hiver le 21 décembre 2020 et nous aidera pour les années qui suivent à incarner concrètement la promesse de Pluton et le secret de notre âme qu'il détient avec ce mantra : "une nouvelle vie peut commencer !".

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OKAbonnements générés par Strikingly